Français | English
La danse du pendule

La danse du pendule

Les juristes et l'internationalisation des droits de l'homme, 1920-1939


Internationale



La danse du pendule propose de faire de l'ambivalence et du principe d'incertitude, sujets de notre temps, des objets d’histoire, et invite à découvrir l’histoire de la Déclaration des droits internationaux de l’homme, adoptée à New York en 1929 par les juristes du prestigieux Institut de droit international, qui précède la Déclaration universelle de 1948.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les violences de masse, les migrations forcées, l’apatridie et la protection des minorités engagent un processus d’internationalisation des droits de l’homme. C’est dans un temps dominé par les logiques impériales et nationales occidentales et par l’inégalité entre les sexes que naît le projet d’une Déclaration des droits internationaux de l’homme. À l’initiative du juriste russe André Nikolaïevitch Mandelstam, ancien drogman de l’ambassade de Russie à Constantinople et témoin du génocide des Arméniens, en exil à Paris, il se structure entre les associations de réfugiés apatrides, les sociétés savantes juridiques et des groupes d’intérêt transnationaux. Entre New York, Paris et la Société des nations à Genève surgissent les enjeux et les contraintes de cette déclaration, soutenue en France par Albert de La Pradelle et aux États-Unis par James Brown Scott, et de l’ambition de Mandelstam, de la transformer en une Convention mondiale des droits de l’homme en 1933. Pourtant, alors même que les persécutions antijuives du régime nazi sont connues de tous, la dynamique d’internationalisation des droits de l’homme s’effondre de manière abrupte à la Société des nations puis s’enlise dans un débat civilisationniste sur la guerre italo-éthiopienne de 1935-1936.

Cette étude puise à de nombreuses sources dont certaines inédites, de l’Institut de droit international, de l’Académie diplomatique internationale, de celles de la Dotation Carnégie pour la paix internationale et de la Section des minorités de la Société des nations. En associant l’étude des parcours, des discours et des pratiques des juristes internationalistes, ce livre montre que les droits de l’homme sont des entités instables, objets de projections et d’appropriations.