Français | English
Regards contemporains sur la philosophie moderne

Regards contemporains sur la philosophie moderne

Lectures et réceptions


La philosophie à l'œuvre



Tout en proposant une lecture critique de la modernité, les philosophes contemporains ont souvent nourri un dialogue serré avec les philosophes du Grand Siècle. Ce retour critique vers le siècle de la raison et du calcul a en réalité contribué à dessiner les contours d'une époque qui nous apparaît comme étrangement familière. Qu’il s’agisse des sciences humaines ou des sciences cognitives, cette période décisive de l’histoire de l’Europe, que Foucault désignait volontiers comme le « moment cartésien », n’apparaît pas seulement comme un moment de rupture, mais également comme une révolution dans l’ordre du savoir dont les échos et les effets sont encore perceptibles dans les débats contemporains sur les rapports entre l’âme et le corps, les mondes possibles, les fondements du droit et le pouvoir symbolique, ou encore l’usage de la notion de finalisme en biologie. Qu’il s’agisse de Schlick, Duhem et Lewis, de Heidegger, Horkheimer, Sartre et Deleuze, ou bien de Lacan, Bourdieu et Villey, les contemporains ont souvent cherché chez les modernes une source d’inspiration, un modèle à imiter et à réactiver, ou bien une figure à dépasser, à réfuter et à subvertir. Descartes, mais aussi Hobbes, Pascal, Leibniz, Spinoza ou Locke, apparaissent ainsi comme nos contemporains, c’est-à-dire comme des penseurs dont la philosophie est, dans notre présent, encore à l’œuvre.

Avec des contributions de
Luca Basso, Bertrand Binoche, Christian Bonnet, Raffaele Carbone, Élodie Cassan, Frédéric Fruteau de Laclos, Pascale Gillot, Chantal Jaquet, David Lapoujade, Christian Leduc, Vincent Legeay, Éric Marquer, Raphaël Pierrès, Louis Pijaudier-Cabot, Paul Rateau, Sandrine Roux et Odile Tourneux.